AVS : Pour qui et par qui ?

Il est difficile de savoir si son enfant à besoin d’un accompagnant scolaire. Quels élèves peuvent en bénéficier ? Qui en fait la demande ? Et pour combien de temps ? Je vous invite à lire la suite…

La circulaire de juin 2003 dit que les auxiliaires sont au service « d’enfants et d’adolescents présentant un handicap ou un trouble de santé invalidant » (je reprend l’intitulé un peu grossière de la circulaire…) susceptibles d’être scolarisés dans une classe d’un établissement scolaire et pour lesquels la CDAPH (Commission des Droits et de l’Autonomie des Personnes Handicapées) a reconnu le bien fondé d’une aide individualisée.

Un AVS pour quels élèves ?

Les accompagnants scolaires peuvent accompagner des élèves porteurs de handicaps divers.

L’éducation nationale les classifie souvent en 3 catégories généralistes :

  • le handicap physique
  • le handicap mental
  • le handicap sensoriel

L’accompagnement peut se faire tout au long de la scolarité, de la petite section de maternelle jusqu’en terminale !

Au delà de la terminale, ce sont souvent des associations qui proposent les services d’accompagnant universitaire, malheureusement, encore trop peu nombreuses et isolés les unes des autres.

Par qui ?

La demande d’accompagnant peut se faire :

  • soit par les parents eux-mêmes
  • soit par l’établissement

Dans les 2 cas, c’est la Commission des droits et de l’autonomie (CDA.) qui évalue le besoin d’une aide individualisée et l’accompagnement de l’enfant par un AVS. Le CDA attribue également le nombre d’heure de présence de l’AVS auprès de l’élève. Les accompagnants sont rarement attribués pour un temps plein. la moyenne d’accompagnement d’un même élève est autour des 12h semaine, dans le meilleur des cas.

La circulaire de juin 03 notait que « si la présence de l’AVS est utile dans certains cas, elle ne saurait être considérée comme une condition de la scolarisation ». La circulaire de juillet 2004 nuance un peu cela en disant que « l’admission et la scolarisation d’un élève en situation de handicap ne sauraient dépendre systématiquement de la présence d’un AVS ». Ce n’est pas parce que l’accompagnant est absent que l’enfant doit être refusé à l’école. C’est malheureusement encore trop souvent le cas et il ne faut pas hésiter à reprendre les textes de lois pour prouver aux écoles que les enfants ont le droit de suivre leur scolarisation, même en ayant un défaut d’accompagnement !

Nous travaillons à notre perte !

Une fois en parlant de ce que je faisais au quotidien, cette expressi n m’est venue naturellement : « nous travaillons à notre perte » c’est-à-dire que l’on vise au maximum à l’autonomisation de élève et que la présence de l’avs ne soit plus indispensable. Plus l’enfant devient autonome et mieux c’est évidemment.

Maintenant, cela n’est pas possible pour tous les types de handicaps. Certains élèves auront toujours besoin d’une aide du fait de leur handicap. Chaque élève est unique !

Et Cela ne veut évidemment pas dire que les accompagnants doivent disparaitre, puisqu’il y aura toujours un besoin d’accompagnement pour un autre enfant. C’est aussi pour cela que l’UNAÏSSE se bat pour qu’enfin la création d’un métier reconnu soit effective car la demande est croissante et légitime ! Chaque enfant a le droit à la scolarisation, parfois avec un peu d’aide mais un enfant reste un enfant, et on a trop souvent vite fait de l’oublier…

Selon la circulaire de juillet 2004, « peu nombreux sont les élèves ayant besoin d’un AVS-I de manière permanente et pour toutes les activités scolaires. (…) dans bien des cas, la présence de l’AVS-I doit être transitoire pour faciliter l’intégration de l’élève au sein de la classe, pour l’aider à prendre des repères dans un univers non familier ou à établir des relations avec ses camarades. »




Et vous, par quel moyen avez vous eu l’accompagnant pour votre enfant ?

 

A propos mimi

Ancienne emploi-jeune puis AVS, en 2004, j'ai crée le premier site et forum sur les avs et en 2007, j'ai co-fondé l'association nationale des AVS UNAÏSSE. Au travers ce blog, je souhaite faire connaitre ce job qui mérite d'être un métier. Bonne lecture !
Taggé , , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Une réponse à AVS : Pour qui et par qui ?

  1. cortes dit :

    bonjour je suis la maman d un petit garçon de 9 ans mon enfant ne présente aucun trouble physique mental ou sensoriel juste que mon enfant ne respecte pas trop les réglé de l école comme prendre la parole s en la demander ne se range pas quand sa sonne il va boir avant ou bien il se bagarre de temps en temps j ai le ressentie que une fixation c est porte sur lui par les enseignent on a eu une reunion et il veule absolument que je fasse les démarche pour une avs la psy scolaire la vu et ma dit l aller au cmpea il et suivie par une psy il doit rencontre le docteur du cmpea pour voir si mon fils a besoin d une avs cela dit la psy ne trouve rien mais pour le moment mon fils vie très mal la pression qu il vie a l école car ils observent ses fait et geste ils veulent a tout pris une avs ils ne veule meme pa attendre le résultat du docteur je pense qu ils on mi une etiquette sur mon enfant je c est plus quoi penser mon fils refuse cette option et je refuse d allé contre son bien être car mon enfant pleur quand il sort de l école et me dit qu il en peu plus que faire mon fils répond au enseignent son comportement change a cause de cette pression

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *